Chansons

LE DÉLUGE (Album concept écrit : 2004-2006)

1.  Je suis un chemin

2.  Le banquet

3.  bal de mer

4.  Quand la terre sera ronde

5.  Mère mémoire

6.  Histoire du monde en 21 couplets

7.  Le cerf

8.  Formule magique [pour devenir un homme]

9.  Hommage et Dommage

10. d’Amours et d’eaux fraîches

11. La cathédrale de l’écume

12. Le  bouquet

13. Le jardin

14. Chanson du riche et du noble

15. Les Harpies

16. Le chant du réservoir

17. L’arche

18. Narcisse à l’eau

19. La terre est une île

20. Le Triangle des Bermudes

21. La danse des moutons

22. Le lieu saint

*

Je suis un chemin

Je suis un chemin de rosiers

Je suis un chemin de colosses

Je suis un chemin d’oliviers

De Bacchus et d’Éros

 

Je suis un chemin de mains lacées

Je suis un chemin de joies sereines

Je suis un chemin de cœurs tressés

Je suis le chemin de la peine

 

Je suis un chemin mal famé

Je suis un chemin affamé

Je suis un chemin épiphane

le chemin des tziganes

 

Je suis un chemin de printemps

Je suis un chemin de la croix

Un chemin des grands vins

Un chemin vers la joie

Je suis le chemin des enfants

Je suis un chemin de voyage

Sur la grande avancée

Sur la route des sages

Je suis un chemin de rosiers

Je suis un chemin de colosses

Je suis un chemin d’oliviers

De Bacchus et d’Éros.

                     *

 

Le Banquet

 

Dans le flot de la nuit des temps

De vieux dragons, des grottes anciennes

Les fleurons des armées humaines

Dans nos veines coule le sang

 

Le cœur humain dans une caverne

Le labyrinthe des artères

On crie : « est-ce que la vie est vaine »?

Quand coule le sang par terre

 

Au gré du grand mystère

Job ne peut que se taire

Chanter chanter chanter :

 

Le cœur dans la poussière

La douleur monte à Dieu

Du bas du cœur au bas des cieux.       

 

 

                     II.

 

Terre : O belle race

Aie-je laisse ma trace

Sur ta peau profonde?

 

Un homme en cravate

questionne la fin du monde :

David et Goliath

De l'âme un autre psaume

 

Écrit en une nuit

Entre deux ennemis 

-La beauté est enfouie

Aux cigales en été, en hiver :

Aux boissons de la nuit.

 

                      III.

Du haut de quelque roc

-Du haut d’un bouclier-

L’espoir est mon auroch

Lion aux pattes liées

Mon cœur est volatile

tel un vieux coquillage

Quelque nouveau fossile

Attendant sur la plage

Un oiseau envolé

Une fleur du désert

Comme un trésor volé

Cueilli à l’éphémère

Un joker déniché

Dans un paquet perdu

Le cliché écorché

D’un homme disparu

*

La bête de velours

Un criminel amer

Pied dans un piège à ours

Un homme a la mer

Une pierre qui roule

Un phare qui s’éteint

Un jardin qui s’écroule

Suspendu au matin

Un bel épouvantail

Au milieu de la foule :

Ton cul dans de la paille

Et mon cœur qui roucoule

Une pluie de raisins

Une armée de colombes

Le fond d’un magasin

Une crypte profonde

Une simple bougie :

Meurtre en nuit rebelle

Une ville endormie

Sous les yeux de la belle

Enfin l’arme du crime

Crevée de poésies

L'amour et son escrime

L’homme et sa magie.

           

                     IV.

Mais que se passe-t-il?

Je tombe sur une île

Sur un grand archipel

Où la beauté m’appelle

Mais que se passe-t-il?

Mon être volatile

Voltige de ses ailes

Et m’appelle le ciel

Artiste naufragé

Mon visage a changé :

J’ai perdu des cheveux

J’ouvre enfin les yeux

*

Suis-je en pays connu?

Dans un endroit hostile?

Suis-je habillé ou nu

Dans quelque Tchernobyl?

Sur un mat attaché

Suis-je en proie aux sirènes?

Dans un pays taché

De gras géants obscènes?

 

Sur un vieux rocher?

Sur quelconque carène?

Sur quelconque bûcher?

Dans quelconque arène?

 

Dans un lieu barbare

Au creux de Disneyland?

Au fond de quelque jarre?

Dans quelque No Man’s Land?

 

Me suis-je évanoui

Tombant du haut des airs?

sur rouge Sinaï?

Aux feux de Lucifer?

 

Tombé des stratosphères

D’une âme repentie?

Du haut d’un sanctuaire

Aux cris de la pythie?

 

Est-ce la sainte église?

L’astre d’un frigidaire?

ou la terre promise

Sur un vaisseau de pierre?

 

Suis-je dans la tourmente?

Aveuglé de soleil?

Dans le lit d’une amante

Attendant le réveil?

 

Dans les bras de cyclones

Ou aux pieds d’une reine?

Aux lèvres d’Amazones

Tout décoré de chaînes?

 

Au large d’un abreuvoir

Au cuisses de quelque puits?

Dans l’atmosphère noire

D’où la lumière luit?

 

 

                     V.

 

Au banquet de Platon

Dans la grotte profonde

Éclairée, tout au fond

Gît la fresque du monde

Entre le monstre et l’homme

Le cœur et la raison

Le désir de la pomme

Et l’amour des saisons

Entre l’homme et la femme

Entre la femme et l’homme

Entre le corps et l'âme

Jérusalem et Rome

Entre combats amers

Et victoires sereines

Entre la terre, la mer

Entre les joies, la peine

Tous les chemins convergent

À la même rivière

Un flot ou l’homme vierge

Rejoint l’âme des sphères

Et je suis comme empli

D’une ivresse profonde

Sur mon âme aucun pli

Mon âme comme une onde

Suit lentement les flots

vers la bouche du monde

Laissant son doux fardeau

entrer

Dans l’antre du ciel

Qui nous sonde.

                     *

Bal de mer

Le fond des coeurs

Le creux des mers

Une rancœur

Et l’arme amère

Robes d’hiver :

Belles nanas

Un aquarium

De piranhas

 

La marée basse

Une murène

Une étoile

Sur la carène

 

Quelques coraux

Quelques statues

Drames immoraux

Et meurtres nus

 

Vitres brisées

Un baldaquin

Qu'y a-t-il d’autre

Au ventre du requin?

Monstres de mer

Chevaux anciens

Trésors de guerre

C’est l’or des Phéniciens.

                     II.

La courtisane

Sur un plateau

Quelques hors d’œuvres

Et l’enclume dans l’eau

Dans son veston

Dans son haleine

Son portefeuille

C’est le sexe ou l’écueil

Gun et argent

Du whisky blanc

Une sirène

Un corps de femme

Et tout cet or

Au ventre des alligators

Des seins géants

Un paquebot

Qu’y a-t-il donc

Sur cette île sans peau?

Un ciel ouvert?

Mille caresses?

Vingt mille lieues

Sous des cales perverses

Un archipel

Halo de fruits

Peaux que l’on pèle

Comme on pèle une nuit

 

Quelques espoirs

Et quelques peines

Îles et courage

Au ventre de la baleine

 

Un orage

Et mille lits

Fuite à la nage

À l’Hôtel Ophélie.

 

 

                     III.

 

Une lueur

Dans la tempête

Quelle est la bête

Qui fait naître la peur?

 

Un papillon?

La vague amie?

Un battement d’aile

Au ventre du tsunami

 

Couteaux aux dents

Fameux pirates

Putes et rattes

Se jettent aux vents

Au ventre de l’ouragan

 

Perles de drame

Et l’Amérique

Un pique-nique

En ce doux Titanic

 

Le minotaure

et l’homme fier

Le grand naufrage

Sur île de Cythère

 

La beauté pour

Une citadelle

La guerre pour

L’amour d’une mortelle

 

Ville détruite

Rêves perdus

La folle fuite

Par une mer ardue

 

Villes rasées

Rages et naufrages

Quelle est la clé?

C’est la foi des croisés!

 

Ramez encore

Nègres et Slaves

Vivants et Maures

Sur des vaisseaux esclaves

Nouvelles terres

Où l’âme accoste

Et va mourir

Sur de Vieilles Écosses

Déjà le vent

Des prophéties

Ramène au temps

Ceux qui avaient menti

Quelque déluge?

Tout est aux chiottes

Fuck Kyoto

Entérinez l’Atlantide.

                     *

Mère Mémoire

 

C’est d’une femme que vint le nom des Hellènes

Le premier musulman fut une musulmane

Jésus, sans une mère, ne serait pas humain

Plus grande que la France fut la petite Jeanne.

 

Si on dit que les Grecs avaient pour femmes haines

Athéna n’était-elle pas guerrière de Sagesse?

Sappho n’était-elle pas la plus grande poétesse?

Et Maïa, abondante, tandis que Zeus obscène?

 

Artémis ne semait-elle pas le grain de la vie?

Aphrodite n’était-elle pas ce qui choses lie?

Oublie-t-on que Rachel fut une prophétesse?

Or, jamais on admit une femme rabbi.

 

Et combien de femmes ont régné, Vatican?

Combien de femmes ont percé l’Église?

Aurait-on oublié la Sarah de la Bible?

Que la plus grande apôtre du Christ porta le gant?

S’il y eut Sainte-Claire, Sainte-Catherine, Sainte-Anne,

Et si ce fut des hommes qui condamnèrent le Christ

Et si, à son tombeau, il n’y eut que des femmes,

Peut-on dire pourquoi l’Église la condamne?

C’est parce que c’est Ève qui mangea le fruit?!

C’est parce qu’elle est faible, c’est parce qu’elle est nuit?!

Alors que l’homme est force et clarté et lumière?!

Et parce que Dieu fit l’homme et l’homme le fit Père?!

Si la femme porte voile à présent, c’est que l’homme

Faible de ses désirs, s’il la met au couvent

et si c’est bien la femme qui croqua la pomme

C’est parce que c’est l’homme qui fut le serpent.

[Et ainsi on transforma Mère Mémoire

Et l’homme devint roi et inventa l’histoire]

                      *

Histoire du Monde en 21 Couplets

                1er

Naissance d’un pêcheur

Avènement d’un Auguste

Le Vésuve : éruption 

C’est l’ère du poisson

                 2e

Montée d’un Panthéon

Érection de Trajan

Jérusalem fond

C’est la Diaspora

                 3e

Partition de Mani

La Chine en trois Royaumes

L’Orient, l’Occident

Le Grand Zarathoustra

                 4e

Le grand Empire Maya

Grand empire de Gupta

La Chine voit Bouddha

Constantin voit la croix

                 5e

Rome tombe de bas

St. Jérôme : la Vulgate

Clovis roi des Francs

Les Barbares s’éclatent

                6e

Naissance de Mahomet

Les premiers Vikings

La Chine se remet

Byzance dans le ring

                7e

Le Bon roi Dagobert

Dynastie Tang en Chine

L’Islam devient prospère

La règle bénédictine

                 8e

Montée des Abbassides

Les Maures en Espagne

Afrique et Fatimides 

Montée de Charlemagne

                 9e

L’Âge d’or au Japon

Arrivée des Normands

Mayas au Groenland

Vikings au Yucatan (!)

               10e

Le Saint Empire Germain

Expansion des Mongols

Le premier Capétien

Cordoue sans alcools

               11e

Les Barbares à Terre-Neuve

Guillaume le conquérant

Les Croisades s’abreuvent

Des canons aux enfants!

               12e

Prise de Saladin

Fin de l’Empire Toltèque

Les Templiers sont sains

Et font face à la Mecque!

              13e

Marco Polo qui rame

François parle au soleil

Notre dame de Paname

Et le grand Gengis Khan!

               14e

La Guerre de Cent ans

Divine comédie

Les papes en Avignon

La peste fait des petits

              15e

L’empire Incas se tend

Constantinople clenche

Jeanne d’Arc à Orléans

La vieille Renaissance!

              

               16e

Sang de l’Empire Incas

La course aux Amériques

Les Turcs, Martin Luther

Et la Reconquista 

               17e

La Guerre de Trente ans

Champlain fonde Québec

Louis XIV est levant

L’Impérialisme au bec

              18e

Le Boston Tea Party

La prise de la Bastille

Paris cède l’Amérique

Bonaparte en Égypte

             19e

L’Empereur des Français

Les guerres de l’Opium

On vend la Louisiane

Le Canal de Suez

              20e

Hitler contre Einstein

l’Italie, l’Allemagne

Le Japon, la Russie

Et les États-unis!

              21e

Les Désastres naturels

La chute de Babel

L’homme qui se rappelle

Et l’homme qui s’éveille.

                     *

Quand la terre sera ronde

Quand la terre sera ronde

Nous aurons les chansons

Nous aurons vu les tombes

Aurons bu les boissons

 

Nous aurons vu les étoiles

et les constellations

Nous hisserons les voiles

et monterons les monts

 

Quand la terre sera ronde

Les terres seront blondes

De blés

Les jarres seront fécondes

fertiles et déliées

Quand la terre sera ronde

Nous verrons la moisson

Dégorgée

de ses fers

Les prés seront offerts

 

Nous ne craindrons plus l’hiver

Les déserts seront verts

Et nous verrons la fronde

tomber

sur la terre

 

Quand la terre sera ronde

Nous aurons navigué

Nous aurons irrigué

Aurons vu les grands quais

 

Amours aurons puisées

Les aurons allumées

Les torches seront versées

Et l’or sera donné

 

Nous verrons la passion

Percer les cœurs d'acier

La mort nous connaîtrons

Mystères seront aimés

 

Nous serons pacifiés

Nous serons unifiés

Et nous écouterons

Le chant des humiliés

 

Quand la terre sera ronde

L’homme sera humain

Pour l’homme devenu

Et nous pourrons enfin

Encore marcher nus

Sans craindre le dédain

 

Et nous aurons le choix

Quand la terre sera ronde

Et aimerons le monde

Fragile entre nos doigts

De ne penser qu’à soi

Nous n’aurons plus le choix

Et chacun sera roi

Et servant à la fois.

                     *

Le cerf

 

Je suis un cerf errant

dans un bois déboisé

Aux forêts défrichées

aux sentiers du vent

 

Rivière à la gueule

le coeur en torrents

le coeur n’est jamais seul

et si seul pourtant

Je fonce de mes bois

dans ces forêts sans sens

je suis l’intime roi

de mon bonheur qui danse

À la source buvant

puits des destins croisés

dans un chemin mouvant

la source de mon sang

Je suis une licorne

qui a perdu sa croix

qui a perdu sa corne

en ce temple sans foi

en ce temple sans loi

Rivière à la gueule

Le cœur en torrents

le cœur n’est jamais seul

mais si seul pourtant.

 

                     *

 

 

 

Formule magique [pour devenir humain]

 

Maîtriser l’hydre du désir

Braver les philtres de l’amour

Vaincre les balcons du grand jour

Apprendre aimer jouer de la lyre

 

Vaincre le Lion de l’égo

Se défaire en petites pièces

Remettre ensemble les légos

Ne garder que pièces maîtresses

 

Suivre le fil de la douceur

Et sans se piler sur le cœur 

Savoir braver même douleur

Et maîtriser même la peur

 

Dompter en soi les Sangliers

Et grosses bêtes de la colère

Nettoyer les fumiers d’hier

Et fientes atroces des oiseaux

 

Prendre le taureau par les cornes

Prendre par les cornes le taureau

Mettre un petit peu d’eau dans son vin

Mais assez de vin dans son eau

 

Faire cadeau de sa ceinture

Capter le troupeau du soleil

Faire d’étoiles éclaboussures

Retrouver le vin des abeilles

 

Savoir donner le calumet

Rester humble mais non muet

Et faire don de ses désirs

Et faire don de son sourire

 

Apprendre à marcher sur le feu

Apprendre à graver ses ravins

Savoir élever ses crapauds

Et embrasser ses Séraphins.

 

                     *

 

 

Hommage & Dommage

 

[Hommage aux De Vinci

Hommage aux Mahatma

Hommage aux Salomon

Hommage aux Saba

Hommage aux Cyrano

Hommage aux Sarah

Hommage aux Samson

Hommage aux Gautama]

 

*

 

Hommage aux âmes pleines

Hommage aux coeurs béants

Hommage aux coeurs fontaines

Hommage aux coeurs battants

 

Hommage aux âmes offertes

Hommage aux Jean Valjean

Hommage aux portes ouvertes

Hommage aux cerfs-volants

*

Hommage aux feux de braise

Hommage aux musiciens

Hommage aux grands courants

Hommage aux solsticiens

Hommage aux coups de vents

Hommage aux chants anciens

Hommage aux cœurs en fête

Hommage aux magiciens

 

*

Aux porteurs de lauriers

Aux porteurs de vignes

Aux preux chevaliers

Aux lacs pleins de cygnes

Aux porteurs de sceaux

Aux porteurs d'espoir

Aux gardeurs de troupeaux

Aux âmes réservoirs

 

*

Hommage aux Lancelot

Hommage aux glaives frais

Hommage aux bouleaux

Hommage aux cyprès

Aux cueilleurs de pétales

Et aux semeurs de grains

Aux pierres philosophales

Et aux donneurs de sein

*

Hommage aux grands conteurs

Hommage aux rêveurs

Hommage aux poètes

Hommage aux serins

Hommage aux mal aimés

Hommage aux sans amours

Hommage aux sans-soucis

Hommage aux sans-secours

*

Hommage aux feuilles vertes

Hommage aux vastes puits

Hommage aux formes rondes

Hommage aux colibris

Hommage aux mappemondes

Hommage aux feuilles mortes

Hommage aux colombes

Aux îles de saumons

*

Hommage aux forêts vierges

Aux porteurs de grands cierges

Aux perceurs de mirages

Aux consoleurs d'orage

Aux dompteurs de taureaux

Aux donneurs d’émotions

Aux porteurs de fardeaux

Aux dompteurs de passion

    

*

[Dommage aux Franco

Dommage aux Staline

Dommage aux Lénine

Dommage aux Mao

Dommage aux Castro

Dommage aux Khomeni

Dommage aux faschos

Et aux Mussolini]

 

*

Dommage aux hyènes

Dommage aux vautours

Aux octroyeurs de chaînes

Aux charognards de cour

Aux dresseurs de bourreaux

Aux disperseurs d’épines

Aux forgeurs de barreaux

Aux étaleurs de mines

*

Aux leveurs de drapeaux

Aux leveurs de légions

Aux branleurs de couteaux

Aux branleurs de canons

Aux constructeurs de castes

Aux diviseurs de races

Aux sonneurs de lassos

Aux sonneurs de clairons

*

Aux délieurs de mains

Cloisonneurs de chemins

Aux falsifieurs d’espoir

Aux briseurs de demains

Aux allumeurs d’orages

Aux semeurs de mirages

Aux érigeurs de cages

Aux façonneurs de rages

 

*

Aux destructeurs de pierre

Aux destructeurs de marbre

Aux brûleurs de prières

Aux aspergeurs de marde

Aux maquilleurs de blâme

Modeleurs d’entonnoirs

Aux violeurs de miracles

Aux donataires de noir

 

*

Aux ciseleurs de faim 

Aux ciseleurs de bouches

Aux enleveurs de pain

Aux attireurs de mouches

Aux floueurs de paroles

Aux souleveurs de poings

Tueurs de paraboles

Aux octroyeurs de faims

 

*

 

Hommage O Grand Hommage

Dommage O Grand Dommage.

                      *

 

d’Amours et d’eaux fraîches

L'automne est passé

d'un coup de râteau

mais encore la beauté

vient nous tourner le dos

Aux intérieurs escaliers

où les amants se sont liés

où se sont dites les promesses

là où se sont tissées les tresses

*

Nous sommes miroirs et magies

de grands arbres où pendent fruits

simplicité des pissenlits

aux lèvres du monde

À la lueur de la chandelle

à la clameur des invités

à la lueur de la bougie

aux étoiles de la soirée

*

Amours et eaux fraîches

bouquets de poésies

le soleil et les pêches

dans un panier

merci                    

 

Moi je m'en vais pêcher

à la rive des volontés

la vallée de promesses

le coeur ombragé

dans le foin, l'été

*

           

Aux fêtes de l'heure

nous irons tous, errants, flâneurs

porter quelque vieux bonheur

bien loin de ces festins

           

Car les coeurs se sont cassé le pied

les promesses se sont fracassées

et se sont défaites les tresses

se sont effacées les caresses

À tous ceux-là il faut donner

*

Amours et eaux fraîches

bouquets de poésies

le soleil et les pêches

dans un panier

merci

Moi je m'en vais pêcher

à la rive des volontés

la vallée de promesses

le coeur ombragé

dans le foin, l'été.

                       *

La Cathédrale de l'Écume (Intro : Verseau)

Les sanglots sont versés dans l'urne

C'est une violente lune

 

Et s'il y a des sombres choses

Nous, nous marcherons sur les roses

 

Nous appellerons dans la vallée

Tous les coeurs des espérés

 

Nous rassemblerons les prières

Et nous réunirons les frères

 

Nous dormirons dans le jardin

Nous célèbrerons le matin

 

Et nous chercherons la voix douce

La grande flambée de la source.

*

 

J'ai mis mes ailes qui me blessent

Mes ailes endolories

Au bouclier de la tristesse

Sans bruit

 

Et puis dans la braise des corps

Les grandes terres découvertes

Les grandes intériorités vertes

 

Je veux revoir dans la nuit noire

La cathédrale des trésors

La basilique d'entonnoirs

 

À l'auberge des brumes

a l'abreuvoir de la lune

la cathédrale de l'Écume

 

*

 

Et je n'ai plus qu'une prière

la pleurer aux puits de la terre

sur les sols et dans les sphères

et dans les cornes d'abondance

aux sabliers de la délivrance

et puis aux lèvres des volcans

et dans le torrent de mes chants

aux rivières du sentiment

autours des marées de sang

J'irai pleurer aux puits de pétrole

et aux jardins des oliviers

dans la levure de soirs frivoles

à l'atrium des trépassés

*

J'irai pleurer sur la misère

car je suis seul comme un désert

comme une vague qui se perd

qui vient et part

comme la mer

 

J'ai mis mes ailes qui me blessent

Mes ailes endolories

Au bouclier de la tristesse

Sans bruit

Et j’irai cueillir les marées

abandonnées de coquillages

les fleurs et toutes étoiles

à la chapelle des orages.

                       *

Le Bouquet [Primavera]­

Je te donnerai un beau bouquet

plus beau que les vastes forêts

que les matins, que les rivières

au doux parfum des primevères

 

Je te donnerai un beau bouquet

tout plein de brumes et de criquets

tout plein de plumes et d’atmosphères

et de chaleur et de lumière

À la lueur des banquets

l’orée des bois des amoureux

à la couleur des perroquets

et la joie des aventureux

 

Je donnerai dans ce bouquet

des pas qui viennent et qui s'en vont

Qui meurent mais qui resteront

Entre le cœur et sous le front

 

Et nous tournerons tout autours

dans une valse sans solo

buvant aux lèvres de coupes pleines

avec le coeur de rodéo

 

Je te donnerai une mer

Je te donnerai un enclos

où mettre tes amours vertes

ou mettre tes amours au chaud

Je te donnerai un beau bouquet

un festin dénudé, coquet

tout pleins de miels et de laits

fleuri des promesses des palais

de lilas et de minerais

de lilas je te le promets.

                       *

 

Le Jardin

 

Frère te souviens-tu

des merveilles des mondes

qui faisaient de la terre

un immense jardin

avant la noyade?

 

Te souviens-tu des lacs

Et des grandes cascades?

des Sahara de Glace

Océans de Grenade? 

 

Te souviens-tu des fruits ?

Des coupes et des mystères ?

Des danses de minuit

Les merveilles d’hier?

 

Des femmes aux formes rondes

Qui naviguaient dans l’onde

Sur les grandes avenues

Frère, te souviens-tu?

*

Te souviens-tu des fleuves

Des ruisseaux, des rivières

Qui faisaient de la terre

Un immense jardin

Avant la noyade?

 

Te souviens-tu des Nils

Et des grands Amazones

Qui tissant comme un fil

Déserts et savanes

Unissaient les Royaumes?

           

Te souviens-tu des Rhin des

Danube? Mekong?

Des femmes baignant leurs reins

Aux Seine et aux Rhône?

 

Te souviens-tu des Tigre

Et des Jardins d'Euphrate?

Des mystérieuses Indes

Aux Ganges écarlates?  

 

De ces Loire superbes

aux pieds des châteaux

Des sueurs et des sèves

Qui défendaient l'Arno?

 

Des Dieux longeant le Tibre

Dans le matin qui vibre?

Des grèbes et des grues

Frère te souviens-tu?

 

Des Garonne, des Elbe

Des Tamise et des Pô

Qui ruisselaient dans l’herbe

Qui nous lavaient la peau?

 

De ces Mississippi

-où le colon descend-

Qui ont fait les pays

où a coulé le sang

 

Et de ce doux Jourdain

Où nous étions si beaux

Qui nous lavait le sein

De ses bénites eaux?

 

Et du fleuve qu’hier

Passait tout simplement

artère de nos terres

notre beau St. Laurent…?

*

Te souviens-tu des temples

pavés de la souffrance?

Des châteaux de la faim?

Des îles de silence?

 

Te souviens-tu des murs?

Te souviens-tu des larmes?

Des bruits de tortures?

Te souviens-tu des armes?

 

Te souviens-tu des meutes

De manifestants?

Des toits verts, du ciment

Des bourses, de l’argent?

 

Te souviens-tu des peuples

Qui se combattaient

Pour un bout de frontière

Pour un bout de lacet?

 

Frère te souviens-tu

des merveilles des mondes

qui faisaient de la terre

un immense jardin

avant la noyade?

                       *

Chanson du riche et du noble

Vous avez une montagne

Moi j'ai un ruisseau

 

Vous avez un compagne

Et moi, j'ai un casseau

 

Vous avez une serre

Et moi, j'ai un jardin

 

Vous avez une terre

Et moi, j'ai un serin

 

Vous avez une forêt

Et moi un petit bois

 

Vous avez une reine

Moi j'ai un petit pois

 

Mais vous n'êtes pas pauvre

Car vous êtes le roi

 

Mais je ne suis pas pauvre

J'ai des chansons

À moi.

 

*

Mais c'est à se demander

Le soir en jouant aux dés

Qui entre nous deux

Est le riche et le paumé

 

Lorsque sonne la voix

Quand résonnent les trompettes

Quand s'allument les chansons

Et claquent les claquettes

 

*

 

Vous avez des murailles

Et moi j'ai un hameau

 

Vous avez des costumes

Moi, j'ai un chapeau

 

Vous avez un empire

Moi j'ai des choux gras

 

Vous avez cathédrales

Moi j'ai une croix

 

Vous avez un royaume

Moi j'ai une malle

 

Vous avez des chevaux

Moi j'ai des cigales

 

Vous avez la puissance

Moi j'ai de l'écorce

 

Vous avez de la chance

Moi j'ai de la force

 

Mais c'est à se demander

Le soir en claquant des doigts

Qui entre vous et moi

À vraiment le choix

 

Quand résonnent les trompettes

Et que sonne la voix

Qui de nous deux

est vraiment amoureux

 

*

 

Vous avez chiens de chasse

Moi j'ai des sangliers

 

Qui passent sur ma terre

Sans me regarder

 

Vous avez un carrosse

Moi j'ai un blaireau

 

Qui dort sous ma maison

Qui sort quand il fait beau

 

Vous avez des vitraux

Et moi un verger

 

Qui donne des fruits doux

À la fin de l'été

 

*

Mais c'est à se demander

Le soir en jouant aux dés

Qui entre vous et moi

Est le riche et qui le pauvre

 

Mais de notre seule bouteille de vin

Je vous nourrirai à votre faim

Et je vous tendrai la main

Et j'écouterai vos chagrins

 

Car si je suis le riche et vous le roi

Nous sommes bien des voisins

Des frères ou bien des cousins

Alors venez pour le festin

 

Qui est le riche et qui est roi

De toute façon, on s'en fout bien

Tout cela est bien incertain.

 

                       *

­

 

Les harpies

 

Un grincement de dents                     

un pincement de doigts

rugissement de voix              

des croissements de pis

Quand un crime est commis

je te le dis ma mie

dans le soir et la nuit

viennent à moi les harpies

 

Et ce sont comme amies

larguant à tous les vents

leurs doux sous-vêtements

leurs suaves habits

tel furieux printemps

au grand serpent des temps

leurs chairs et leurs plis

et toutes leurs parois!

           

Elles offrent au menu

auréoles alvéoles

des poitrines menues

grasses fesses créoles                         

des hanches souvenues

des courbes soutenues

des jambes de la rue

O cuisses espagnoles!

           

Et vous sentez les nerfs

jouer les tambours

quand se cassent les verres

et se penche l’amour!

sans même une parole

sans même un discours

dans le creux de l'école

dans le fond de la cour!

 

Et les robes se lèvent

et les jambes se collent                                

et les chansons s’achèvent                        

en lamentations molles

et s’ébrèchent les ongles            

les jambes s'écartèlent

se déchirent les crocs

O langues larves longues

O griffes dans le dos!

 

Aux relais de poitrines

aux lèvres des matelots

elles dansent aux vitrines

au doux parfum d'urine

pour faire lever les rats

vômissantes d'éclats

O grandes ballerines!

O danseuses à Gogo!

 

Les rubis se dévoilent                      

en poitrines de perles

Se déchirent les voiles

en pépiements de merles

c'est l'heure où s’étoilent

c’est l’heure où déferlent

où tombent, cognent, tonnent

où sonnent les cymbales!

 

Lorsqu’elles font leur entrée

toutes démaquillées

elles ressemblent aux nuées

à peine dénouées

de chachas de flaflas

et fardées de tabacs

enivrantes buées

pleines d’écoeurements las

elles sont distribuées!

             

Elles montent comme fièvres

graves javas de lèvres

de razzias de points chauds 

dégoulinantes sèves

aux coulées de mambos

fondantes de tangos

elles tombent en fracas

en grondants flamencos!

 

Éclatent les chorales

Et les nappes s’étalent

les coupes sont fringales

quand commence le bal!

Ce sont fesses festives

lorsque tombent les draps

Ce sont noces nocives

Applaudissements gras!

 

Elles dansent comme fauves

Tenant ces cloches aux mains

Dans des ruelles mauves

Aux sordides chagrins

Aux berges émeraudes

Aux ballets souverains

contorsions de guimauves

Oh craquements de reins!

 

Et ce sont comme plaies

Aux jambes de cristal

Aux cuisses de velours

Aux gorges de métal

Aux bouches de secours

Aux lèvres de pétales

Dans les nids de l’Amour

Aux paniers vandales

 

Mais lorsqu'elles se couchent

Sur matelas de coquerelles

A la morve des mouches

Les hommes ne veulent qu’elles

Elles deviennent si belles

O baisers maquerelles

-consacrées aux bordels-

Ce sont femmes farouches

Sublimes tarentelles!

 

Quand revolent les crinières

Quand revolent les brassières

Quand elles montent les scènes

Quand elles montent les selles

C'est le divin polo

Le brûlante crécelle

le tourniquet tout chaud!        

Le cuisant rodéo!

           

Porteuses de cobras

Elles fondent en pianos

Et les nylons sont bas

Et les talons sont hauts

Elles tombent en mille gammes         

Tout comme des vraies femmes

Et tonnent sopranos

En grands Acadabras!

 

Dans leurs robes à doudou

Aux bravos, aux hourras

Elles se touchent le nid

Comme des Érinyes!

Aux branlements de bras

En branlements de mains

En orchestres de cris

déraillements de trains!

           

Ce sont des boas

Qui montent sur les cuisses

Autours de cous gras

Glissant sur la peau lisse

Et c’est la grasse ronde

Le violent casino

Le manège immonde

Le bar de délices!

 

Quand elles sortent leurs poussins

De ces œufs à la coque

Aux graves clavecins

aux orgues de Bangkok

De curieux bolides

Leur lèchent les seins

leur frottant la jonquille

en spacieux épilogues

 

Et les rideaux se lèvent

Spotlight sur la scène

Tournez les caméras

C'est une fièvre oscène

C'est un banquet de rats

C’est un repas de reines

Oh, ce sont mets de choix

C’est une belle scène

           

Les bouquets sont offerts

Même aux plus pervers

Splendides sont les vers

De ces mammifères!

La gogo girl crie

Et son corps à genoux

On fait l’eucharistie

De son corps juste pour vous!

 

C’est la boîte a surprise

Des exhibitionnées

Et tombent les délires

Les pudeurs ont germé

Se brisent les tirelires

se flattent les poupées

on se montre le cul

aux grandes avenues!

 

Et les fleurs rétrécissent

Les seins sortent et tintent

Ce sont comme iris             

Pleuvant du lait de saintes

Elles tombent comme des bombes

Et cognent comme des plombs

Se secouent les pelvis

en grand cris d'outre-tombe!

 

Et ce sont là les Harpies

Grinçant comme des pies

Voguant comme nacelles

Tournant comme toupies

ce sont casse-noisettes

Pirouettes accroupies

Castagnettes claquettes

Girouettes de Paris

 

Dans leurs robes exquises

Les fesses à froufrou 

Elles tentent la cerise

En relâchements mous                       

Attireuses de poursuites

Expertes en couraillages

Elles terminent aux suites

En de violents cépages

 

Allez à l'arrière-salle

Veloutée succursale

Où les fesses nymphales

Vous prendront, garde à vous!

Où ces roses vestales

Aguichantes méduses

Vous plieront les genoux

dans un jet triomphal!

             

Dans le bruit de la valse

Tout le monde languit

Pluie de cris pluie de crasses

aux caprices de Capri

C'est le bal des tounus

Obscure symphonie

Gala de malvenus

Brousse de malappris!

           

Et c’est la débandade :

Elles s'en retourneront

où vont toutes parades

dans ces pays sans nom

Laissant ces étalons

Aux prises des étreintes

Sur de grands sofas longs

Dans ces salons d'absinthes

             

Quand viendra le matin

On tirera la ficelle

Tout sera effondré

Les ruines seront belles

Ces furieux pantins

Se perdront d'au revoir

En sourires fondus

Dans de beaux grands tiroirs

 

Et si l’heure retentit

Les djinns confettis

Disparaîtront enfin

Dans des palais de faims

Et aux déserts de rêves

Sans lumières et sans trêves

Elles fondront de saluts

en neiges disparues

 

Mais quand le soir viendra

En opéras de pas

Ces grands opéras nus

Elles seront revenues

Lançant des petits cris

O danseuses de prix

Sales salsas sexes hauts

O frousses bienvenues!

Oh, c’est le rêve exquis

Je vous le dis, ma mie

Quand viennent, dans ma nuit

Quand viennent les Harpies

Quand dans le vent qui bruine

Ces déesses sublimes

de grossiers pays

Nefertitis en ruines

si délicates et fines

reviennent dans ma vie

aux charmes de Pompéi.

                       *

 

Le chant du réservoir

 

La montée des grands vins

la violente passion

L’amour a ses ravins

Et le coeur y résonne

 

C’est le chant des anciens

C’est l'écho des madones

Des espoirs incertains

Des bêtes et des hommes

 

L’âme qui évolue

L’âme qui se repente

Le souper révolu

L’homme descend la sente

 

Qui mène vers l’intérieur

Au creux de la lueur

La source de la nuit

La source de la peur

                                 

Par ces festins d’été

À la table du soir

Même sans invités

Même sans auditoire

 

Il se laisse tomber

Tout comme un arbre noir

Au chant de la gaieté

Au fond du réservoir

*

Les ailes tombées

Sans aviron

Et le cœur en diapason

Une lettre de l’horizon

 

moi je descends aux peines

et aux lumières pleines

au fond de la rivière

au creux de la fontaine

 

*

Tout au bout du chemin

Le cœur en est témoin

Il laisse tomber ses ailes

Et se laisse aller loin

 

Vers la douce étincelle

Au rond point éternel

Pénétrant entonnoir

Au chant du réservoir

 

Des fleurs et des orages

C’est le repas des sages

L’homme chante sa rage

À ce profond mirage

 

L'homme chante sa peine

À cette nuit interne

En ce grand abreuvoir

À ce précieux dolmen

 

Par delà ces ravins

Ces quelques pentes raides

Il y trouve des vins

Il y trouve un remède

 

Derrière les bouquets

Derrière les ruisseaux

L’eau qui coule aux yeux

L’eau qui coule aux sceaux

 

*

Les ailes tombées

Sans aviron

Et le cœur en diapason

Une lettre de l’horizon

 

moi je descends aux peines

et aux lumières pleines

au fond de la rivière

au creux de la fontaine

*

Le mystère est secret

Et nu comme une bête

Et nu comme une femme

D’une quelconque secte

Mais non loin je descends

Au creux des arbres secs

Au chemin des enfants

Au chemin des affects

Caché comme mille fruits

Citadelle à l’envers

sous l’écorce de la nuit

Aux entrailles de la terre

C’est le repas offert

De coupes et de volcans

De roses somnifères

D’enfers et de calmants

Les étoiles à mes trousses

l’amante à ma rescousse

le désir à la couche

Bien mangé et bien bu

je descends dans la rue

à ce sacré domaine

pavé d’ors et de menthes

bien caché de feuillus

*

refrain :

Les ailes tombées

Sans aviron

Et le cœur en diapason

Une lettre de l’horizon

moi je descends aux peines

et aux lumières pleines

au fond de la rivière

au creux de la fontaine.

                       *

l’Arche

Nous ne sommes plus seuls à construire l’Arche

Nous ne manquons plus de matériaux

Ce n’est plus seulement qu’un radeau

Un vaisseau d’or et de grenache

S'il est construit de bois d'érable,

De la franchise des bouleaux,

La maturité des grands arbres

pour la charpente il faut plutôt

Il faut plutôt pour la charpente

Des voix qui brillent, des voix qui chantent

Et puis des coudes qui se tiennent

Plutôt que la corde ou l’ébène

*

Pour redéfinir les frontières

pour réunir les méridiens

retrouver l'or du chemin

se tenir les mains et les poings

Plus que la force des sabres

que la clameur du palabre

des bras, des mains, des coeurs unis

et mille voix en harmonie

Nous ne sommes plus seuls à construire l’Arche

*

Plus château que palissade

Plus forteresse que tranchée

Pour protéger de la noyade

Les cœurs ardents et les coeurs gais

C’est pour agrandir les drapeaux

Non par conquête mais par les mots

C'est pour offrir son chapeau

Pour que chacun reste bien au chaud

Et c’est Icare tombant au large

C'est la frayeur des étoiles

Les vagues fendues par la voile

Un feu de braises marchant sur l'eau

*

Pour redéfinir les frontières

pour réunir les méridiens

retrouver l'or du chemin

se tenir les mains et les poings

Plus que la force des sabres

que la clameur du palabre

des bras, des mains, des coeurs unis

et mille voix en harmonie

Nous ne sommes plus seuls à construire l’Arche.

                       *

Narcisse à l’Eau 

 

Il est beau dans l’eau mon visage

Il est si beau que je te gage

            Que je pourrais l’embrasser

Que je pourrais l’embrasser

Dans les eaux calmes de l’orage

            Dans la mare du monde cassé

Dans les eaux calmes de l’orage

Dans la mare du monde cassé

            Dont je crois pouvoir me passer

*

J’ai les joues roses et les yeux bleus

Les formes rondes comme des pneus

            Comme des boules de crème glacée

Est-ce un reflet, est-ce un mirage?

Il me semble voir la beauté

            Dans ce beau visage que j’ai

*

 

Pourquoi contre moi tant de rage?

Pourquoi me poursuivre, m’attaquer?

Sinon que vous me jalousez?..

 

Car j’ai la douce peau de plages

Et puisque je n’ai pas d’âge

            Et un doux front sans tracés

 

On me reproche d’être peu sage

D’avoir le cœur un peu volage                           

            Mais moi on veut encore m’épouser

 

*

 

Oui, j’aime bien mon image

Et lorsque j’aurai le courage

            De m’embrasser sans me noyer

 

Je sais que vous verrez, je sais

Dans ce reflet plein de naufrage

Dans cette mare en plein été

 

*

 

Lorsque dans l’eau je danserai

Lorsque je boirai les nuages

Lorsque j'embrasserai les cieux

 

Dans les eaux calmes de l’orage

Dans la mare du monde cassé

            dont je crois pouvoir me passer

 

Je sais que vous verrez, je sais

Lorsque j’embrasserai les cieux

C’est l’eau qui se noiera dans mes yeux.

 

                       *

Le Triangle des Bermudes

Dans les tropiques

des attouchements

dans les ruelles

du sentiment   

l'exposition

est rude

plus on descend

au sud

Aux allées

des transpirations

les chars font flasher leurs phares                                          

les seins de métaux soleils d’or

 

Au bord des squares

de caresses 

ça sent l’amour

ça pue le sexe

dans la chaleur

qui se dresse

 

*

 

Et ce sont chairs

qui se dénudent

c’est le triangle

des Bermudes

l’exposition est rude

plus on descend

au Sud

 

*

Le sel à la bouche

un îlot de requins

deux corps sous la douche

un roman arlequin

 

Caviar et maquereaux

et le baiser qui fond

deux corps qui se touchent

qui montent au plafond

 

Vallées sans bikinis

barques sans matelots

plages sans alibis

deux corps au fond de l’eau

 

Suave interdiction

la bave de passion

dentelles aux hameçons

étoiles aux caleçons

 

Coquerelles aux hotels

brassières à nos filets

la belle à nos ficelles

c’est l’île de friction

 

Aux rondes des foufounes

Oh ma belle poupoune

Crois-moé pas croé-moi donc

La terre est une île de poissons

*

Et ce sont chairs

qui se dénudent

c’est le triangle

des Bermudes

l’exposition est rude

plus on descend

au Sud

*

Quand on joue au poker

c’est le trèfle ou le pique

avant que ne tombe le coeur

les vêtements dramatiques

Les yeux en hippocampes

la danse de l’étoile

le phoque a de la chance

la danseuse est à poil

Et parmi les chaudes poitrines

il se noie aux corsages

gonflés comme des soeurs ursulines

au bord des orages

Il s’engouffre dans l’amour

parmi les restes de lupanars

encore allumés en plein jour

toute noyade confondue

la terre est une île de poissons.

                       *

La Danse des Moutons

Passez piétons

Passez moutons

Les clous aux pieds

Passez

Tag à l'oreille

Le ventre rond

La marque au front

passez                                                                              

 

Passez piétons

Passez moutons

Dans un sommeil profond

Et suivez

La circulation

Et mangez des groseilles

 

*

Mangez, mangez

mangez à satiété

Mangez des fonds

Mangez des monts

Mangez des herbes

Mangez des gerbes

 

Dormez, dormez

Dormez et sommeillez

Visitez nos parcs d'attraction

Fréquentez nos bars de friction

Visitez nos malls de fiction

Nos cinémas d'explosions

-le tout à même vos salons d'été

 

Et puis surtout

ne protestez

ce n’est pas bon

pour la santé

Vous aurez la macro vision

Attendez seulement qu'on vous tond!

 

*

Passez piétons

Passez moutons

Les clous aux pieds

Passez

Tag à l'oreille

La marque au front

Le ventre rond passez

 

Passez piétons

Passez moutons

Dans un sommeil profond

Et suivez la circulation

Oh suivez les mauvais bergers

 

*

Ce ne sera pas long, mes amis

Mais seulement attendez

Il y a un gros méchant loup

Mais nous l'aurons, c'est promis

 

Mais ça sera un dur coup

il est partout

il vit partout

ça pourrait même être

l’un de vous

 

Alors surtout ne protestez

Car votre vie est en danger

Il y a un vilain carnassier

Et je sens qu'il vous tourne autours

 

Mais vous pouvez compter sur nous

Nous sommes là pour vous protéger

Moyennant un tribut modéré

Nous serons votre sécurité

 

Mais surtout ne vous inquiétez

Votre tâche à vous est remplie

Vous êtes très bons, c'est promis

Vous faites rouler l'économie

 

*

Passez piétons

Passez moutons

Les clous aux pieds

Passez

Tag à l'oreille

La marque au front

Le ventre rond passez

 

Passez piétons

Passez moutons

Dans un sommeil profond

Et suivez la circulation

Oh suivez les mauvais bergers

 

*

Mais surtout ne vous inquiétez

Nous allons vous l’exterminer

Mais ce sera un dur coup

Pour l'économie

 

Il faudra briser quelques cochons

voir s'envoler quelques maisons

puis égorger quelques moutons

il faudra bombarder un peu, mais bon

 

Il y a mal nécessaire

Mieux vaut en sacrifier un ou deux

Pour que tous soient heureux

Bien mieux vaut casser quelques oeufs

Afin de garder quelques boeufs

 

Mais vous pouvez compter sur nous

Nous sommes là pour vous protéger

Moyennant un tribut modéré

Nous serons votre sécurité

 

*

 

Allez, passez

Mes bons moutons

par ici passez

Nous traitons bien

notre produit

nous vous mettrons

bien à l’abri

 

Allez, passez

Passez, c’est par ici

Nous allons

vous récompenser

Allez par ici

Mes amis

 

 

Étendez vous là sur le dos

Il nous faut rien que votre peau

Et ne prenez pas ça personnel

c’est parce qu’elle est tellement

tellement belle

Et nous vous laisserons bien

le cerveau

 

Mais passez

passez

passez mes doux agneaux

Si ça peut vous faire sentir

Plus beaux 

On vous vendra

dans des casseaux

À des moutons

plus gros.

 

                       *

 

 

 

Le lieu saint (1995-2004)

Il fut un domaine qui fleurit

du néant

une nuit, en l’hymen

de sa fin aurorale

où naquirent les chants

délicieux des cigales

et les champs et les cieux

et la vie et le sang

En sept jours,

le jardin fut construit :

sept étages

Au huitième,

il fit nuit

-et ce fut le repos

                            

*

Puis vint Abel et Caïn et le premier déluge

Babel et Gilgamesh ensemble se fondirent

comme l’homme et la femme dans une même main

Et il y eut un chemin menant hors du jardin;

Ce fut l’Ère du Feu, ce fut l’Âge des Glaces

-et le singe incertain fit ses fables promises;

Il n’y eut que la pierre pour braver la banquise

Il n’y eut que la pierre pour laisser sa trace

Puis vint l’Époque sombre

des tombeaux oubliés

des tours et pyramides

Ombres des grands guerriers

Des centaures buvant dans des fontaines d’or

Et on vit cœurs briller 

sur la terre torride

Les Bacchantes criaient dans les forêts horribles

Les nymphes s’effaçaient dans les bois allumés

Les satyres baisaient dans des eaux combustibles

Les sirènes chantaient sur des îles d’aimés

Puis les larges cyclopes édifièrent palais

Les géants élevèrent des Temples et minarets

Et de grands labyrinthes furent tissés par Minos

Les monstres furent semés même intra-muros

Puis vinrent les Thésée, les Hercule et Persée

Qui chassèrent de la terre Colosses et Gorgones

Et les fils d’Ariane et feux de Prométhée,

Aux puissantes cités, élevèrent les hommes

Et après guerres de Troie et retours à la terre

perdu(s) pendant dix ans

mangé(s) par des géants, dévoré(s) par la mer

David vainquit le monstre et s’installa dessus

-Et c’est l’homme à son tour qui devint le titan.

                       *

 

©François Baril Pelletier

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Pinterest Social Icon
  • Instagram Social Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now